Risques liés au PTTa

Adapté d’après : Kremer Hovinga JA et al., Nat Rev Dis Primers. 2017;3:17020.6

Le purpura thrombotique thrombocytopénique (PTT) peut être héréditaire ou acquis. Dans 95% des cas, il est acquis.1 Le purpura thrombotique thrombocytopénique acquis (PTTa) est une forme rare de microangiopathie thrombotique (MAT) pouvant être mortelle, caractérisée par une anémie hémolytique, une thrombopénie sévère et une ischémie viscérale. Avant que les échanges plasmatiques (PEX) deviennent le traitement de référence, environ 90% des patients atteints de PTTa décédaient.2

  • La mortalité reste élevée
    • Malgré le traitement par PEX et par immunosuppression, 8 à 20% des malades décèdent.2-4
  • Les événements thromboemboliques sont fréquents
    • Près de 35% des décès à l’hôpital étaient imputables à une manifestation ischémique malgré les PEX, notamment à un infarctus du myocarde ou à un accident vasculaire cérébral (AVC).4
  • Le risque après la sortie d’hôpital demeure important
    • Environ la moitié des patients connaît une récidive dans les 30 jours qui suivent l’arrêt des PEX.3
  • Le risque lié au PTTa persiste malgré le traitement actuel par PEX et par immunosuppression.2,5

Manifestations complexes rendant le diagnostic difficile

La pathologie du PTTa est multiviscérale et très variable. Les symptômes les plus fréquents sont: purpura, pétéchies, épistaxis, céphalées, confusion mentale, dyspnée, AVC et infarctus du myocarde.1
Les anomalies biologiques et/ou symptômes suivants sont évocateurs d’un PTTa :2

  • Thrombopénie sévère
    • Numération plaquettaire < 30 x 109/l
  • Anémie hémolytique microangiopathique (AHMA)
    • Schizocytose
  • Ischémie viscérale
    • N’importe quel organe peut être touché; des lésions s’observent toutefois principalement dans le cœur, le cerveau et les reins.

Pourquoi Cablivi ? 

Dans le PTTa, des auto-anticorps inhibent l’activité de l’ADAMTS13*, l’enzyme intervenant dans le clivage des multimères de facteur de von Willebrand (vWF). Il s’ensuit une accumulation de mégamultimères de vWF de très haut poids moléculaire, ou ULvWF (unusually large von Willebrand factor). Les ULvWF non clivés augmentent l’adhérence et l’agrégation plaquettaires, avec la formation de microthrombi.6

 

* ADAMTS13 = a disintegrin and metalloproteinase with thrombospondin motifs 13.

Cablivi: un traitement innovant contre le PTTa 

Cablivi est le premier et seul traitement spécifique prévenant l’apparition de microthrombi chez les adultes atteints de PTTa.7,8

Cablivi est un (type d’anticorps) dirigé contre le vWF. Avec son innovant, Cablivi cible le domaine A1 du vWF et inhibe son interaction avec les plaquettes. Il réduit ainsi l’agrégation plaquettaire aux ULvWF et, par là même, l’apparition de microthrombi.7

 

Mécanisme d’action de Cablivi

le premier nanocorps du genre

Efficacité de Cablivi

Les patients ayant reçu Cablivi (n = 72) aditionellement ont vu leur numération plaquettaire* se normaliser significativement plus vite que ceux du groupe thérapeutique PEX et immunosuppression (n = 73).7

 

* La normalisation de la numération plaquettaire était définie comme un nombre de plaquettes ≥ 150 000/µl avec arrêt des PEX quotidiens dans les 5 jours.7
71 patients ont reçu au moins 1 dose du médicament à l’étude.7.


Adapté d’après : Scully M et al., N Engl J Med. 2019;380(4):335-346.7

Le traitement avec Cablivi s’accompagnait d’une diminution significative des événements graves ou menaçant le pronostic vital liés au PTTa. 7

Comparé au traitement par PEX et par immunosuppression seul (n = 73), le traitement avec Cablivi (n = 72) a permis d’enregistrer une baisse significative concernant le critère d’évaluation composite événements liés au PTTa (36 [49,3%] contre 9 [12,7%]). 7

 
Adapté d’après : Scully M et al., N Engl J Med. 2019;380(4):335-346.7

Le traitement avec Cablivi a donné lieu à significativement moins de récidives nécessitant la réinstauration des PEX.7‡

 

Une thrombopénie après normalisation initiale de la numération plaquettaire (nombre de plaquettes ≥ 150 000/µl) qui exigeait la réinstauration des PEX quotidiens était considérée comme une récidive. Les récidives étaient qualifiées d’exacerbations lorsqu’elles se produisaient dans les 30 jours suivant le dernier PEX et de rechutes lorsqu’elles survenaient plus de 30 jours après le dernier PEX.7 


Adapté d’après : Scully M et al., N Engl J Med. 2019;380(4):335-346.7

Chez aucun sujet ayant reçu Cablivi, des PEX et des immunosuppression, l’affection n’était réfractaire au traitement.7


Adapté d’après : Scully M et al., N Engl J Med. 2019;380(4):335-346.7

D’après des donnés prospectives, l’association de Cablivi à un traitement par PEX et par immunosuppression permet de réduire la durée du séjour en unité de soins intensifs, la durée d’hospitalisation, le volume de plasma utilisé (pour les PEX) et le nombre de jours d’échange plasmatique.7


Adapté d’après : Scully M et al., N Engl J Med. 2019;380(4):335-346.7

Sécurité de Cablivi

La sécurité de Cablivi a été évaluée chez plus de 100 patients, dans le cadre de deux études. 7,10

Le tableau suivant présente les effets indésirables les plus fréquemment observés dans les études cliniques de phases 2 et 3 :8

Chez 1% des patients, des événements hémorragiques sévères ont été rapportés, à savoir :

  • Epistaxis
  • Gingivorragie
  • Hémorragie gastro-intestinale supérieure
  • Métrorragie

Cablivi 10 mg poudre et solvant destiné à fabriquer une solution injectable : PA : Caplacizumab 10 mg. I : Traitement de personnes adultes atteintes d’un épisode de purpura thrombotique thrombocytopénique acquis (PTTa) (acquired thrombotic thrombocytopenic purpura, aTTP), en liaison avec de la plasmaphérèse et de l’immunosuppression.. P : Première dose 10 mg en injection intraveineuse avant la plasmaphérèse ; doses suivantes 10 mg en injection s. c. quotidiennement jusqu’à 30 jours après la fin du traitement quotidien de plasmaphérèse. Une dose oubliée peut être rattrapée jusqu’à 12 h après. CI : Sensibilité excessive. MP : Aucune donnée pour les enfants et les adolescents ni les patients souffrant de graves troubles hépatiques. Il est possible que les patients plus âgés aient besoin d’un ajustement de leur dose ou de mesures de précaution particulières. Le traitement doit être interrompu en cas de saignement pertinent au plan clinique. Surveiller rigoureusement les patients souffrant de coagulopathies. Interrompre la thérapie au moins 7 jours avant les interventions opératoires ou de médecine dentaire prévues et informer l’opérateur. On peut envisager d’appliquer un concentrat de facteur Von Willebrand en cas d’opérations d’urgence. IA : Antiagrégants, anticoagulants, héparine à bas poids moléculaire : soupeser avec précaution et surveiller rigoureusement du fait du risque de saignement potentiellement accru. EI : Épistaxis, céphalées, saignements, fatigue, urticaire, fièvre. Pr : 1 flacon à injecter avec 10 mg poudre et 1 seringue prête à l’emploi avec du solvant. Cat.rem : B. Tit.AMM : sanofi-aventis (suisse) sa, 1214 Vernier. (GZCH.CAPL.19.08.0136(1)) MàJ : octobre 2019. Pour de plus amples informations, voir l’information destinée aux professionnels sur www.swissmedicinfo.ch.

  • > Dossier aTTP
  • > Brochures spécialisées

Références

  1. Joly BS et al., Thrombotic thrombocytopenic purpura. Blood. 2017;129(21):2836-2846.
    Vous trouverez davantage d’informations sur métamizole, paracétamol, ibuprofène, diclofénac et tramadol sur www.swissmedicinfo.ch
  2. Scully M et al., Guidelines on the diagnosis and management of thrombotic thrombocytopenic purpura and other thrombotic microangiopathies. Br J Haematol. 2012;158(3):323-335.
  3. Grall M et al., Thrombotic thrombocytopenic purpura misdiagnosed as autoimmune cytopenia: causes of diagnostic errors and consequence on outcome. Experience of the French thrombotic microangiopathies reference centre. Am J Hematol. 2017;92(4):381-387.
  4. Goel R et al., Prognostic risk-stratified score for predicting mortality in hospitalized patients with thrombotic thrombocytopenic purpura: national representative data from 2007 to 2012. Transfusion. 2016;56(6):1451-1458.
  5. Peyvandi F et al., Caplacizumab reduces the frequency of major thromboembolic events, exacerbations and death in patients with acquired thrombotic thrombocytopenic purpura. J Thromb Haemost. 2017;15(7):1448-1452.
  6. Kremer Hovinga JA et al., Thrombotic thrombocytopenic purpura. Nat Rev Dis Primers. 2017;3:17020.
  7. Scully M et al., Caplacizumab treatment for acquired thrombotic thrombocytopenic purpura. N Engl J Med. 2019;380(4):335-346.
  8. Information professionnelle de CABLIVI, www.swissmedicinfo.ch
  9. Holz JB. The TITAN trial - Assessing the efficacy and safety of an anti von Willebrand factor Nanobody in patients with acquired thrombotic thrombocytopenic purpura. Transfus Apher Su 2012;46:343-6.
  10. Peyvandi F et al., Caplacizumab for acquired thrombotic thrombocytopenic purpura. N Engl J Med. 2016;374:511–22.