Formulaire

Formulaire de contact

this field is reqired

 

Ce formulaire de contact est uniquement destiné en tant que service.

Quand ?

Fortes douleurs et forte fièvre ne répondant pas aux autres mesures1

Exemples d’utilisation :

  • Douleurs aiguës2 suite à une opération3
  • Douleurs liées à des coliques4, 5
  • Douleurs liées aux tumeurs de paliers OMS 1 – 3
    (bonne combinaison avec les opioïdes)6
  • Maux de tête7 et migraines8
  • Fièvres9 d’origines diverses
  • Extractions dentaires10

Qui ?

  • Adultes de tout âge1
  • Particulièrement adapté aux patients de plus de 65 ans11
  • Enfants à partir de 3 mois et > 5 kg. (Gouttes et ampoules*.1)
  • Patients avec un risque gastro-intestinal ou cardiovasculaire plus élevé ou lié aux AINS11

Veuillez prendre connaissance des informations sur les recommandations posologiques disponibles dans le chapitre „Combien“ de cette brochure et dans l‘information professionnelle. Chez les nourrissons et les enfants, veillez à prescrire Novalgin® uniquement après évaluation du bénéfice attendu au regard des risques éventuels.

*Ampoules : Chez les enfants pesant plus de 5 kg et entre 3 et 11 mois : administration i. m. seulement. Chez les enfants pesant plus de 9 kg et âgés de plus d‘1 an: i. m. et i. v. possible.

Pour plus de détails, veuillez consulter l‘information professionnelle sur www.swissmedicinfo.ch

Pourquoi ?

Une qualité d’action particulière.

L’analgésique non-opioïde avec un des meilleurs rapports bénéfices-risques et une action triple unique1

Paracétamol Métamizole AINS* Tramadol
Analgésique + + + +
Antiphlogistique - - + -
Antipyrétique + + + -
Spasmolytique - + - -
+: action, -: pas d’action D’après:1 * p.ex. ibuprofène, diclofénac, …

Comment ?

PALIER 3
UTILISATION D’OPIOÏDES
FORTS
+ analgésiques
non-opioïdes

Palier 3

Novalgin® en combinaison avec des opioïdes faibles ou fort6.

PALIER 2
TRAITEMENT PAR OPIOÏDES
FAIBLES
(p.ex. tramadol , ...)
+ analgésiques non-opioïdes

Palier 2

Novalgin® en combinaison avec des opioïdes faibles ou fort6.

PALIER 1
TRAITEMENT PAR ANALGÉSIQUES
NON-OPIOÏDES
(p.ex. AINS, paracétamol,
métamizole, ...)

Palier 1

Novalgin® en monothérapie3

Quoi ?

Comprimes
1 comprimé
= 500 mg métamizole
Taille d’emballage : 10 pce
Taille d’emballage : 50 pce
Comprimes
1 ml (= 20 gouttes)
= 500 mg métamizole
Taille d’emballage : 1 x 10 ml
Taille d’emballage : 1 x 20 ml
Taille d’emballage : 1 x 100 ml
Comprimes
1 ml de solution injectable
= 500 mg métamizole
Taille d’emballage : 10 x 2 ml
Taille d’emballage : 5 x 5 ml
Comprimes
1 suppositoire
= 1000 mg métamizole
Taille d’emballage : 5 pce

Les formes galéniques dépendent en partie de l‘âge et du poids du patient et ne sont pas toutes approuvées pour tous les types de patients. Veuillez vous référer à l‘information professionnelle pour plus de détails.

Portefeuille

Portefeuille

Combien ?

Adulte :
 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Dose unitaire Dose quotidienne max.
1 comprimé 
= 500 mg métamizole
1-2 comprimés
(500mg - 1g)
4 x 2 comprimés
(4g)
1 ml (= 20 gouttes)
= 500 mg métamizole
20-40 gouttes
(500mg - 1g)
4 x 40 gouttes
(4g)
1 suppositoire
= 1000 mg métamizole
1 suppositoire (1g) 4 x 1 suppositoire
(4g)
1 ml de solution injectable*
= 500 mg métamizole
1-2 ml jusqu'à max. 5ml
(0,5-1g jusqu'à max. 2,5g)
i. m. ou i. v.
10ml
(5 g)
i. m. ou i. v.

L’administration peut être répétée toutes les 6 à 8 heures (= 3 à 4 fois par jour).

* Injecter lentement chez le patient allongé avec une solution à température corporelle (max. 1 ml/min). Peut être administrée dans une solution saline isotonique ou du soluté glucosé à 5, 10 ou 20 % pour les perfusions i. v.. Novalgin ne doit pas être administré par voie parentérale aux patients hypotoniques ou hémodynamiquement instables.

Enfant : Chez les nourrissons et les enfants en bas âge, Novalgin ne doit être administré qu‘après évaluation du bénéfice attendu au regard des risques éventuels.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Poids Âge
(approx.)
Oral 
en gouttes 
Parentéral 
en ampoule
Dose unitaire Dose quoti-
dienne max.
Dose unitaire*
5-8 kg 3-11 mois 2-5 gouttes 4 x 5 gouttes 0,1-0,2 ml
seulement i. m.
9-15 kg 1-3 ans 3-10 gouttes 4 x 10 gouttes 0,2-0,5 ml**
16-23 kg 4-6 ans 5-15 gouttes 4 x 15 gouttes 0,3-0,8 ml**
24-30 kg 7-9 ans 8-20 gouttes 4 x 20 gouttes 0,4-1,0 ml**
31-45 kg 10-12 ans 10-30 gouttes 4 x 30 gouttes 0,5-1,5 ml**
46-53 kg 13-14 ans 15-35 gouttes 4 x 35 gouttes 0,8-1,8 ml**

*L'injection peut être répétée après 6-8 heures    **i.m. ou i.v.

Avantages de Novalgin® pour vos patients

  • Triple efficacité
    •  analgésique, antipyrétique et spasmolytique1
  • Une grande variété de formes galéniques pour un large spectre d’indications
    •  Dosage et application individuelle selon l’âge, le besoin, la préférence et l’état du patient
  • Profil de tolérance
    •  Potentiel d’interactions faible1
    •  Bonne tolérance gastro-intestinale: protecteur gastrique non nécessaire1
    •  En cas d‘insuffisance rénale ou hépatique: réduction posologique non requise pour le traitement de courte durée1
    •  Très rare (<1:10 000) cas d‘agranulocytose1,#
  • Association possible avec opioïdes6
  • Longue expérience en utilisation clinique

# „Extrait des effets indésirables possibles du métamizole: Très rarement (< 1:10 000 patients), le métamizole peut déclencher une agranulocytose. Une agranulocytose provoquée par le métamizole est un accident d‘origine immuno-allergique durant au minimum une semaine. Ces réactions sont rares, elles peuvent être sévères et extrêmement graves, et pourraient être mortelles. Elles ne dépendent pas de la dose administrée et peuvent se produire à n‘importe quel moment pendant le traitement. Tous les patients devraient être informés que l‘apparition des signes et symptômes suivants liés à une neutropénie impose l‘arrêt immédiat de la médication et la consultation d‘un médecin: fièvre, refroidissements, gorge douloureuse, ulcérations de la cavité buccale. En cas de neutropénie (< 1‘ 500 neutrophiles/mm3), le traitement devrait être immédiatement interrompu et la formule sanguine instamment contrôlée et suivie jusqu‘au retour à des valeurs normales. Les symptômes caractéristiques d‘une agranulocytose sont des lésions inflammatoires (par ex. oro-pharyngeales, ano-rectales et génitales), des maux de gorge et de la fièvre. Chez les patients traités par des antibiotiques, les symptômes caractéristiques peuvent être minimes.“

Novalgin® comprimés oblongs (500 mg), gouttes (500 mg/ml; 1 ml = 20 gouttes), suppositoires (1’000 mg), solution injectable (500 mg/ml). PA : métamizole de sodium. I : fortes douleurs et forte fièvre ne répondant pas aux autres mesures. P : Oral: adulte : dose unitaire 500 – 1’000 mg, max. 4‘000 mg de 3 à 4 fois/24 h. Egalement gouttes pour enfant. Chez les nourrissons et les enfants en bas âge seulement après évaluation critique du bénéfice attendu. Pour 5 à 53 kg de poids corporel, 2 à 35 gouttes en une dose unique. Rectal : adulte : dose unitaire 1’000 mg, max. 4’000 mg de 3 à 4 fois/24 h. Parentéral : pour les douleurs sévères aiguës, lorsque l’administration entérique n’est pas indiquée. Injection intraveineuse lente (max. 1 ml/min). Adulte : dose unitaire 0,5 – 1 g = 1 – 2 ml i.m. ou i.v. lente (max. 500 mg/min). La dose peut être renouvelée après 6 – 8 heures ; max. 5 g = 10 ml/24 h. Enfant : jusqu‘à 1 an, seulement voie i.m., dose unitaire 0,1 – 1,8 ml de 5 à 53 kg de poids corporel. La dose peut être renouvelée après 6 – 8 heures. CI : hypersensibilité à l‘un des composants; allergie aux autres pyrazolones/pyrazolidines et si agranulocytose connue après prise de ces substances ; bronchospasme ou autres réactions anaphylactiques après avoir pris un analgésique ; fonction médullaire réduite ou troubles hématopoïétiques ; porphyrie hépatique; carence en glucose-6-phosphate-déhydrogénase ; nourrissons < 3 mois ou < 5 kg ; pas d‘i.v. entre 3 et 11 mois. Pas d‘i. v./i. m. chez patients hypotoniques ou hémodynamiquement instables. Ne pas utiliser lors de la grossesse et l‘allaitement. MP : déconseillé en cas d‘insuffisance hépatique ou rénale grave. Les principaux effets indésirables découlent de réactions d’hypersensibilité. Réactions rares d‘agranulocytose, pouvant être sévères et extrêmement graves, parfois mortelles. Les patients doivent être informés. Arrêt immédiat du traitement si apparition des symptômes liés à une neutropénie ou une pancytopénie.
Choc anaphylactique : suspendre traitement si apparition, prudence chez asthmatiques. Réactions anaphylactiques/anaphylactoïdes : risque plus élevé si administration parentérale, si asthme bronchique, urticaire chronique, intolérance à alcool/colorants/conservateurs. Réactions cutanées sévères très rarement observées pouvant mettre en jeu le pronostic vital (SJS, TEN) imposant alors l‘arrêt immédiat et définitif du traitement. Réactions hypotensives isolées. Si insuffisance rénale ou hépatique, éviter doses élevées. IA : abaissement possible du taux plasmatique de cyclosporine. Augmentation de l‘hémotoxicité avec le méthotrexate. Éviter une utilisation simultanée. Faire particulièrement attention avec l’ASS et le bupropion. Une interférence avec les analyses biologiques a été rapportée, évoquant des réactions de Trinder ou de type Trinder. EI : occasionnellement, réactions hypotensives transitoires et isolées, exanthème médicamenteux fixe. P : comprimés oblongs à 0,5 g : boîtes de 10 et 50 comprimés ; gouttes (500 mg/ml) : 10 ml, 20 ml et 100 ml ; suppositoires à 1 g : 5 supp. ; ampoules 2 ml/5 ml (500 mg/ml) solution pour injection i. m./i. v. : 10 flacons./5 flacons. Cat. rem : B*. Tit.AMM : sanofi-aventis (suisse) sa, 1214 Vernier/GE. MàJ : novembre 2017 (SACH.MEM.18.01.0053). Pour de plus amples informations, n’hésitez pas à consulter les informations destinées aux professionnels sur www.swissmedicinfo.ch.

Références

  1. Information professionnelle Novalgin® Suisse, mise à jour: novembre 2017.
    Vous trouverez davantage d’informations sur métamizole, paracétamol, ibuprofène, diclofénac et tramadol
    sur www.swissmedicinfo.ch
  2. L. Reist , J. Erlenweiln, W. Meissner, T. Stammschulte, F. Stueber U.M. Stamer, „Dipyrone is the preferred nonopioid
    analgesic for the treatment of acute and chronic pain. A survey of clinical practice in German-speaking
    countries.”, Eur J Pain, 2018.
  3. L. Hearn, S. Derry, und R. A. Moore, „Single dose dipyrone (metamizole) for acute postoperative pain in
    adults“, in Cochrane Database of Systematic Reviews, The Cochrane Collaboration, Hrsg. Chichester, UK:
    John Wiley & Sons, Ltd, 2016.
  4. Edwards JE1, Meseguer F, Faura C, Moore RA, McQuay HJ. Single dose dipyrone for acute renal colic pain.
    Cochrane Database Syst Rev. 2002;(4):CD003867.
  5. Schmieder G, Stankov G, Zerle G, Schinzel S, Brune K. Observer-blind study with metamizole versus tramadol
    and butylscopolamine in acute biliary colic pain. Arzneimittelforschung 1993; 43: 1216–1221.
  6. J. Gaertner, U. M. Stamer, C. Remi, R. Voltz, C. Bausewein, R. Sabatowski, S. Wirz, G. Muller-Mundt, S. T.
    Simon, A. Pralong, F. Nauck, M. Follmann, L. Radbruch, und W. Meissner, „Metamizole/dipyrone for the relief
    of cancer pain: A systematic review and evidence-based recommendations for clinical practice“, Palliat Med.,
    Bd. 31, Nr.1, S.26-34. 2017.
  7. A. S. Ramacciotti, B. G. Soares, und Á. N. Atallah, „Dipyrone for acute primary headaches“, in Cochrane
    Database of Systematic Reviews, The Cochrane Collaboration, Hrsg. Chichester, UK: John Wiley & Sons, Ltd,
    2007.
  8. A. V. Krymchantowski, H. Carneiro, J. Barbosa, und C. Jevoux, „Lysine clonixinate versus dipyrone (metamizole)
    for the acute treatment of severe migraine attacks: a single-blind, randomized study“, Arq. Neuropsiquiatr.,
    Bd. 66, Nr. 2A, S. 216–220, Juni 2008.
  9. A. Wong, A. Sibbald, F. Ferrero, M. Plager, M. E. Santolaya, A. M. Escobar, S. Campos, S. Barragán, M. De León
    González, G. L. Kesselring, und Fever Pediatric Study Group, „Antipyretic effects of dipyrone versus ibuprofen
    versus acetaminophen in children: results of a multinational, randomized, modified double-blind study“, Clin.
    Pediatr. (Phila.), Bd. 40, Nr. 6, S. 313–324, Juni 2001.
  10. V.-R.-A. S. Noronha, G. S. Gurgel, L.-C.-F. Alves, L.-C. Noman-Ferreira, L.-L. Mendonça, E.-G. de Aguiar, und
    E.-N. Abdo, „Analgesic efficacy of lysine clonixinate, paracetamol and dipyrone in lower third molar extraction:
    a randomized controlled trial“, Med. Oral Patol. Oral Cir. Bucal, Bd. 14, Nr. 8, S. e411-415, Aug. 2009.
  11. J. Schulze, M.H. Freitag, G. Glaeske, G. Schmiemann, „Pain medication in nursing home residents with and
    without cancer. Most frequently with metamizole.”, Schmerz, Bd. 29, Nr. 3, S.276-284, 2015.